ICONIC CULTURE / FILM STUDIES / ARTS AND MODERN STORIES

L'Académie des Muses, Guérin, Monografe Journal

De l’Académie des Muses

in Films by

C’est un film curieux, entre deux genres. Réalité et fiction. Presque tout est dans la parole et le sujet est controversé. Imaginez, l’amphithéâtre d’une université de Lettres, à Barcelone, un professeur de philosophie face à une audience de visages féminins. On y conte et commente les amours de Paolo et Francesca, ceux de Lancelot et Guenièvre ou Orphée et Eurydice. Et puis une idée-là surgit : les femmes d’aujourd’hui ne devraient-elles pas être les muses de notre temps ? Des femmes « capables de susciter en l’homme cette tension du désir qui le rendra sensible à la beauté et en fera un poète, l’être capable de communiquer avec le royaume des morts… Dans la classe, quatre jeunes femmes questionnent, précisent ou défient cette étrange idée qui prétend à une nouvelle ‘école des femmes’. L’épouse du professeur, elle, s’insurge: cette idée ne serait-elle pas, tout simplement, le masque d’une bien ancienne domination masculine, de séductions banales et d’aventures cruelles ? ».

Si. Mais le cinéma de Guérin, grand nom du cinéma d’auteur espagnol ne s’arrête pas là. Il compose tout autre chose. D’abord par la réalité – l’idée est née des étudiantes elles-mêmes, en cours – « Sans aucune intention prédéterminée autre que celle d’accepter le jeu proposé par cette communauté littéraire, j’ai peu à peu remarqué que la pulsion vers la fiction animait la salle de classe et j’ai invité les étudiants à la mener jusqu’aux ultimes conséquences…« , raconte le cinéaste.

Filmer le privé en restant en dehors, de l’autre côté de la fenêtre, évitait une rupture de registre tout à fait évidente mais aidait aussi les acteurs – non professionnels – à ne pas sentir une invasion de leur milieu naturel.

« Je sens que cette forme de cinéma n’est possible qu’à partir de phases de tournages alternées avec des phases de montage : c’est de là que naît la véritable écriture dans ce film. Lors du montage on pèse, on évalue la force d’une phrase ou d’un geste capté par hasard, puis on tourne de nouveau pour obtenir un film et lui trouver une signification ou en révéler le sens. »

Ensuite, par le jeu de la caméra. Tout près mais à distance, souvent à travers une vitre, tout en étant serrée sur les acteurs. Le son, lui, est bien sur les personnages, comme pour mieux définir les contours d’un espace discret, confidentiel où viennent se révéler des paroles, vibrantse, troublantes, drôles et cruelles, naïves ou perverses

« Filmer le privé en restant en dehors, de l’autre côté de la fenêtre, évitait une rupture de registre tout à fait évidente mais aidait aussi les acteurs – non professionnels – à ne pas sentir une invasion de leur milieu naturel. Ensuite, dans les petites taches des reflets j’ai trouvé les pistes les plus intéressantes pour désigner ou évoquer un espace : un espace qui se voit à peine, mais qui est suggéré à partir de ces taches de couleur en reflet qui peuvent laisser deviner l’image d’une ville, de la circulation, de la forêt, de l’université… »

 Ainsi que le raconte Marie-Pierre Duhamel-Müller : « (…) on se souviendra pour longtemps d’un film capable de raconter sans quincaillerie scénaristique ni flagorneries commerciales, comment hommes et femmes n’en finissent pas d’explorer les terribles et délicieux mystères de leurs relations« .

Car si l’Académie des Muses est un film, en soi, dans sa forme, c’est avant tout – et surtout – pour le spectateur une expérience inédite qui dérange les coeurs et les moeurs.

Ce film a reçu le soutien de l’Association pour le Cinéma Indépendant et sa Diffusion (ACID)

Retrouvez ci-dessous la bande-annonce de L’Académie des Muses ainsi qu’un entretien vidéo avec José Luis Guérin, réalisé par l’ACID :


L’Académie des Muses, de José Luis Guérin, actuellement à l’affiche, Espagne 2015, 92mn (Los Film de Orfeo, Zeugma Films).
Les citations sont issues d’extraits presse d’un entretien avec José Luis Guérin fournis à la rédaction, et dont les propos ont été recueillis par Annick Peigné-Giuly et traduits de l’espagnol par Marie Delporte

Monografe Journal est riche de contributions variées et de regards passionnés. N'hésitez pas à nous soumettre vos écrits. Tweetez ou réagissez aux articles de ce site avec #MNGRF

Latest from Films

Go to Top