ICONIC CULTURE / FILM STUDIES / ARTS AND MODERN STORIES

Author

Thomas Carrié

Thomas Carrié has 5 articles published.

Cannes 2016 │ Et puis s’en va

in Films by
Rester Vertical, Alain Guiraudie, Cannes 2016

Il est de bon ton de dédaigner le cinéma différent, qu’il soit curieux ou indépendant, ce cinéma qui manquerait de souffle, d’audace, d’inspiration, de renouvellement. Il y en avait partout cette année, à Cannes, à commencer par la sélection parallèle de l’ACID et celle de la Semaine de la Critique.…

Lire la suite

Close Up, cinéma iranien vertigineux, manifeste de Kiarostami

in Films by
close up_restauration_abbas_kiarostami_monografe_journal 11

Iran, fin des années 80, un fait divers autour du cinéma va faire l’objet d’un film insaisissable, chef d’œuvre du cinéaste Abbas Kiarostami, dont la version restaurée est aujourd’hui dans les salles. Un homme cinéphile au chômage, Hossein Sabzian joue de ses ressemblances avec le cinéaste Mohsen Makhmalbaf pour se…

Lire la suite

Mia Hansen-Løve, à bonne distance

in Films by
Mia Hanse Love, Monografe Journal, L'Avenir

Évidemment, il y a quelque chose d’adolescent dans sa façon d’être au monde, cette espèce de fragilité face à ce qui l’entoure et aux superlatifs qui la précèdent. Peut-être, trop. Ça a le mérite, au moins, de la rendre attendrissante. Le public est toujours déçu d’un nom qu’on lui survend,…

Lire la suite

Adèle Haenel, la vie devant

in Films by
Adèle Haenel Monografe Journal

C’est quoi cette bouille ? Depuis Naissance des Pieuvres, elle nous en met plein la gueule. Sans fards ni complexes. Elle nous parle, c’est viscéral. Et quand elle parle, elle bafouille parfois, dans un trop plein de trucs qui se mélangent et de paroles qui veulent sortir. Et qu’elle balance.…

Lire la suite

De l’appétit des Ogres

in Films by
Les Ogres, Léa Fehner, Adele Haenel, Monografe Journal

Gonflés d’insouciance, du culot à revendre, ensemble, avec pour partage la truculence d’une vie, solaire, âpre et intense, ils affrontent leurs galères par un appétit monstre pour l’énergie du théâtre et la tendresse collective. Ca dure 2h24. Ce pourrait être long mais ça ne l’est même pas. C’est le fond…

Lire la suite

Go to Top